Avertir le modérateur

02/06/2009

Château Barbanau Grande Cuvée Rouge AOC Côtes de Provence

Barbanau-etcaeterra_rouge.jpg Château Barbanau Grande Cuvée Rouge AOC Côtes de Provence

La Revue du vin de France, avril 2009 : 17,5/20


Comme pour le rosé, La Grande Cuvée Rouge est une sélection parcellaire des meilleurs terroirs du château, vendangés à maturité optimale pour obtenir le plus beau potentiel de concentration possible. Composé à 90 % de syrah et 10 % de grenache, ce côtes de provence est vinifié de manière traditionnelle avec de longues macérations en cuves ouvertes. Le vin est ensuite élevé en barriques entre 12 et 15 mois.

Accédez au très joli millésime 2006, avec un vin mûr et concentré, aux arômes de fruits noirs et d’olive. La bouche est ample et puissante avec des tanins bien structurés qui demandent quelques années de garde avant de s’assouplir. Bien équilibré, ce vin évoluera durant une bonne dizaine d’années.

La Revue du vin de France, avril 2009 :
« Belle robe dense et expression de noble réduction au nez dans un style plus syrah que cabernet. En bouche, ce profil aromatique sur des notes d’épices et de violette, est proche d’un cru du nord de la vallée du Rhône (90 % de syrah). Belle expression et matière concentrée. »

Château Barbanau cuvée L'Instant Rosé AOC Côtes de Provence

Barbanau-rose-2.jpg Château Barbanau cuvée L'Instant Rosé 2008 AOC Côtes de Provence

Assemblage de cinsault, syrah et grenache, L’Instant Rosé provient d’un terroir argilo-calcaire. Après une vendange manuelle, les baies ont macéré avec les peaux entre 15 et 20 heures afin d’en extraire la couleur et les arômes, essentiels pour la vinification en rosé.

Sur le tout jeune millésime 2008, accédez à un rosé frais et fruité aux arômes légers de groseille et de pêche. En bouche, le vin développe une belle fraîcheur avec de la gourmandise et une jolie finale sur les fruits frais. Un rosé désaltérant à déguster dès aujourd’hui.

Clos Val Bruyère cuvée Kalahari AOC Cassis

Val-Bruyere-kalahari.jpg Clos Val Bruyère Kalahari 2006 Cassis AOC

Kalahari est le fruit de plusieurs années de recherches et d’essais tant dans la culture de la vigne que dans la vinification et l’élevage. Plusieurs millésimes ne sont restés qu’à l’état d’ébauche. Il s’agit d’une interprétation différente du terroir de Cassis et digne de l’objectif que le domaine s’est fixé : un vin d’exception, qui exprime la quintessence d’un terroir, la passion et la personnalité d’un vigneron. Cette cuvée est un assemblage de clairette, marsanne et sauvignon, vinifiée en cuves thermorégulées puis élevée sur lies en fûts.

Kalahari 2006 est une belle réussite du millésime avec un nez riche, sur le miel, les fleurs blanches et quelques notes épicées. Gras et généreux en bouche, ce cassis est parfaitement équilibré grâce à une très bonne fraîcheur en finale. Encore un peu jeune aujourd’hui, ce blanc nécessite quelques années de garde et se dégustera très bien pendant 7 ou 8 ans.

Clos Val Bruyère AOC Cassis blanc

Val-Bruyere-cassis-blanc.jpg Clos Val Bruyère blanc 2006 Cassis AOC

Au cœur du vignoble de Cassis, les 7,5 hectares de vignes qui s’étagent en terrasses inondées de soleil et tournées vers la mer, sont entre les mains de la famille Cercellio depuis le début du siècle dernier. Le Clos Val Bruyère blanc est un assemblage à parts égales d’ugni blanc, de clairette et de marsanne, complétés de sauvignon. Issues d’un terroir argilo-calcaire, les vignes bénéficient d’une exposition sud/sud-est qui assure un ensoleillement optimal. Après une macération pelliculaire très courte, les jus effectuent leur fermentation en cuves thermorégulées. Le vin est ensuite élevé sur lies pendant un an.

Ce cassis 2007 possède un nez aromatique, sur les fleurs blanches, les fruits blancs et quelques notes iodées. En bouche, le vin est rond, gras et puissant, soutenu par une agréable vivacité en finale. Bien équilibré, il peut se déguster dès aujourd’hui ou se conserver quelques années en cave afin de gagner en complexité.

Clos Val Bruyère


Les meilleurs vins de France 2009 :

« Créé en 1900 par Émile Bodin, grand père de Sophie Cerciello-Simonini, ce petit domaine de 7,5 hectares revit depuis 1989. Une démarche « bio » et une maîtrise parfaite des rendements permettent à ce terroir de Cassis de générer un vin profond où la maturité se conjugue avec le fruit et le minéral. Nous sommes séduits par cette démarche qui apporte un nouveau souffle à l’appellation. »

Château Barbanau

Barbanau-etcaeterra_rouge.jpg Château Barbanau

Les meilleurs vins de France 2009 :

« Très joliment situé sur un terroir argilo-calcaire dans la région de la Bédoule, au nord de Cassis et de Toulon, le domaine a régulièrement progressé pour atteindre aujourd’hui un niveau excellent tant en blanc qu’en rouge. Dans cette dernière couleur, la Grande Cuvée, à dominante de syrah, bénéficie d’un élevage en barriques. La cuvée traditionnelle repose à 50 % sur le grenache, complété par la syrah et le cabernet. Le blanc, sous le nom de Clos Val Bruyère, est un cassis typique, frais, net et élancé. »


La Revue du vin de France, avril 2009 :
classé n° 11 des grands domaines de Provence

« Sophie Simoni-Cerciello est revenue dans son fief familial au Clos Val Bruyère, à Cassis. En 1989, elle s’installe au Château Barbanau, un magnifique vignoble au cœur d’un cirque argilo-calcaire bénéficiant d’un climat tempéré et tardif. Avec son mari Didier, œnologue, elle produit des vins d’une remarquable matière, toujours dotés de tanins ronds et gras. »

Clos Val Bruyère & Château Barbanau

Val-Bruyere-kalahari.jpg Le Clos Val Bruyère, en appellation cassis, et le Château Barbanau, situé à quelques kilomètres de là, en côtes de provence, sont cultivés en biodynamie par la famille Cerciello. Avec rigueur et originalité, cette famille produit des vins profonds, très aromatiques et exprimant parfaitement toute la subtilité de ce très beau terroir argilo-calcaire. Deux domaines à suivre de près…

27/05/2009

Laurent Combier ... l'excellence !

"A l'époque de l'oenologie dominante on a eu un peu tendance à l'oublier: un grand vin se conçoit avant tout à la vigne par le biais d'une culture raisonnée, soucieuse de l'équilibre de la plante.

Chez les Combier, on en est convaincu depuis très longtemps et on n'a pas attendu les sirènes de la mode.
Pour preuve: tout le vignoble, ainsi que les cultures fruitières attenantes, sont en culture biologique depuis les débuts.
Homme de terrain, Laurent Combier se définit volontiers comme un entrepreneur autodidacte.

Ce terrien passionné par son métier est également un homme moderne, attentif aux transitions et aux perspectives de cette fin de millénaire. Sa cave est l'illustration de cet état d'esprit: située à proximité de Pont d'Isére, accueillante et lumineuse pour la partie visiteurs; sobre et fonctionnelle pour la partie vinification. C'est là l'autre royaume de Laurent. Il y extrait la substance même de ces beaux raisins que, année après année, avec le concours de la nature, il s'efforce de produire, des Crozes-Hermitage merveilleusement bouquetés dont le fleuron est le somptueux Clos des grives, soyeux et complexe, qui porte haut les couleurs de son appellation.

Jacques PERRIN

Côtes-du-roussillon Village, l’Alba. Le " divin " de Jean-LouisTribouley

Tribouley-Alba.jpgCôtes-du-roussillon Village, l’Alba 2002. Le " divin " de Jean-LouisTribouley

Au sud du massif des Corbières, un site naturel exprime la force et l’élégance : le vignoble du Fenouillèdes et ses curiosités, le mont Canigou et le château de Quéribus. Du haut de cette forteresse cathare, on perçoit des différences de terroir et de climat, visibles jusqu’à la Méditerranée. Jean-Louis Tribouley a quitté son Nord natal pour s’installer en 2002 comme vigneron à Latour-de-France, dans cette région où la vigne semble plantée depuis toujours. À quarante ans, il quitte en effet l’association de réinsertion de personnes en difficulté qui l’emploie, pour mener à bien cette aventure.

Après un bac professionnel au lycée viticole de Beaune et une année d’apprentissage chez un vigneron renommé (domaine Gauby), il vinifie sa première vendange en 2002. Jean-Louis parle du travail, essentiel à la vigne pour obtenir des raisins sains, mûrs et complets, d’autant plus difficile qu’il a choisi de passer en culture biologique. Et avec succès ! La cuvée l’Alba 2002, issue de vignes qui ont parfois plus de cinquante ans, résulte d’un assemblage de carignan, grenache et syrah, dont les rendements atteignent à peine la moitié de ceux des bordeaux. Les vendanges triées et égrappées proviennent de sols de gneiss et d’arènes granitiques, un terroir qui transmet au vin des arômes plus minéraux et plus frais qu’ailleurs. Entre grenat et rouge, la robe de l’Alba se distingue par sa profondeur et sa brillance. Le nez perçoit un panier de fruits. En bouche, le vin ne se révèle pleinement qu’après un passage en carafe d’au moins trois heures. Fraîcheur et minéralité sont présentes mais la matière est ronde et gourmande. La délicatesse des tanins s’associe à la magnifique maturité des raisins. Cette bouteille honore les côtes-du-roussillon. Bravo !

Thierry Morvan

Voir les autres cuvées sur AutrementBon.fr caviste Indépendant, vente de vins en ligne

26/05/2009

Les grés de Montpellier

Clavel-Copa.jpg Les grés de Montpellier AOC Coteaux du Languedoc sont apparus en 2003 (décret applicable à la récolte 2002) et s’étendent de l’est à l’ouest de Montpellier, ils sont limités par la vallée de l’Hérault à l’Ouest, par la région du Pic Saint Loup au Nord, par la vallée du Vidourle à l’est et par le littoral au Sud.

C’est une zone abritée des influences du nord par la Montagne Noire et les Cévennes.

Le climat sec et les entrées maritimes d’air humide en été favorisent une maturité précoce et un bon équilibre du cycle végétatif

La présence de la vigne dans le montpelliérain est très ancienne. Lorsque fût découvert le site Etrusque de Lattara (5 siècles avant Jésus Christ), aujourd’hui commune de Lattes, ont été exhumé des graines de raisins dans ce qui devait être la cave d’une maison.

L’appellation contrôlée Coteaux du Languedoc-Grés de Montpellier a des conditions de productions strictes. Les raisins sont issus de parcelles identifiées par les producteurs et approuvées par l’INAO.

Décret du 11 mars 2003.
46 communes peuvent prétendre à faire du Grés de Montpellier sur les 168 communes des Coteaux du Languedoc.

Voir la sélection sur AutrementBon.fr vente de vins ligne, caviste Indépendant

Les Coteaux du Languedoc

Terre-Inconnue-Vin.jpgBien malin qui pourrait définir sans coup férir les Coteaux du Languedoc. Comment résumer d'un trait des paysages multiples, des caves et des villages dispersés entre mer et montagne, leurs couleurs, leurs odeurs, la troublante alchimie de la nature et de la culture, l'esprit des lieux.

Les Coteaux du Languedoc possède le plus vieux vignoble de France, déjà présent dès l'époque Grecque, 5 siècles avant J.C.

L'appellation Coteaux du Languedoc s'étend sur 3 départements : l'Aude, l'Hérault et le Gard couvrant 50 000 hectares dont 22 000 sont plantés et 11 500 ha en production.

L'aire géographique, c'est 168 communes s'étalant le long du littoral méditerranéen, de Narbonne à l'Ouest aux confins de la Camargue à l'Est et s'appuyant aux contreforts de la Montagne noire et des Cévennes. L'originalité de cette aire d'appellation est liée à la diversité des terroirs et donc des paysages. Des abruptes falaises blanches de la Clape, l'ancienne Isle du Lac qui domine la Méditerranée au Sud de Narbonne, jusqu'au pied du pittoresque Pic Saint Loup, les paysages des Coteaux du Languedoc offrent une pluralité qui en fait la richesse : autour de l'étang de Thau, les douces pentes de Picpoul de Pinet, puis plus près de Montpellier les galets de Saint Georges d'Orques et de la Méjanelle, le terroir rocailleux de la Clairette du Languedoc..... L'originalité du climat est due aux réalités climatiques induites par le macro relief avec le rivage méditerranéen au sud, et le massif central au Nord. C'est un climat méditerranéen où la saison chaude est également la saison sèche, qui permet des conditions favorables à la maturité du raisin.

Voir la sélection sur AutrementBon.fr vente de vins ligne, caviste Indépendant

Pierre Clavel, Un pas de plus dans le bon sens

Clavel-Cascaille.jpg Pierre Clavel, Un pas de plus dans le bon sens

Après l’installation de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques au Domaine Pierre Clavel petite contribution au développement durable dans notre région, et après des années de pratiques raisonnables à la vigne, nous nous sommes engagés en 2007 dans une certification en agriculture biologique.

Pendant les trois annnées de conversion, nous sommes  accompagnés par ECOCERT, organisme de certification indépendant, qui vérifie et valide nos pratiques culturales pour l’obtention du Label AB pour nos vins. C'est en 2009 que sortiront de la cave les premières bouteilles labellisées AB.

Après avoir fait pendant longtemps du « bio à l’ombre », nous sommes très fiers de cette démarche. C’est l’agriculture de demain, seule possibilité de préserver le potentiel de nos vignes et de nos vins.

AB-ientôt...

Domaine Clavel AOC Coteaux du Languedoc

Clavel-Garrigues.jpgLe Domaine Clavel se situe dans l’aire d’appellation AOC Coteaux du Languedoc, aux portes de Montpellier. Il se situe à proximité du village d’Assas et de son superbe château, dans la zone dite des « Grès de Montpellier », ainsi dénommée en raison du sol – calcaires durs et galets roulés – et de conditions climatiques particulières, où la « castagne » du soleil et des températures d’été est modérée par des vents marins, qui favorisent maturité plus subtile et moins solaire.
Dominant une vallée où les vignes disputent les senteurs à la garrigue, le Mas del Périé est l’un de ces mas authentiques, composé de bâtiments en pierre qui offrent ombre et fraîcheur même au cœur des plus chaudes journées estivales.
Rénové mais respectueux de la structure ancienne vieille de plus d’un siècle, il comporte un chai recevant la vendange par gravité afin de préserver la qualité des raisins, une cuverie traditionnelle modernisée et équipée d’un système de froid performant, des caves semi-enterrées abritant de leurs pierres séculaires le parc de barriques. Les 27 hectares de vignes orchestrées par Pierre Clavel se répartissent sur 3 Terroirs (La Méjanelle, Saint-Christol, et Assas) et sont tous désormais vinifié au Mas del Perié. On y cultive les cépages traditionnels de la région, adaptés à l’élaboration de vins gourmands et séveux: Syrah, Grenache, Mourvèdre, Carignan, Cinsault, et en blanc, Grenache blanc et Roussanne.
Le Domaine Clavel a déjà une longue histoire. Fils de Jean Clavel, figure des vins du Languedoc, Pierre Clavel est décrit par les journalistes comme « vinarchiste » : un mélange de faux baba-cool et de génie du vin, un passionné du terroir. Plein de sincérité, de générosité et de passion, voilà comment Pierre Clavel et sa femme Estelle nous sont apparus.
Le vin, ils ont appris à le faire « sur le tas », mais avec un flair infaillible. Ce flair qui leur a fait choisir ce terroir de galets roulés magique, travailler la terre de manière respectueuse, planter de la syrah, stabiliser la production des ceps, trop longtemps poussés à « cracher du jus », et à passer en agriculture biologique. Après quinze ans de travail autour de la vigne et du vin, Pierre et Estelle Clavel ont porté le Mas del Périé parmi les étoiles régionales, avec des vins d’une grande franchise d’expression et d’un velouté de texture inimitable.

***** (Outstanding)
Un des 5 meilleurs Domaines du Languedoc-Roussillon
pour Robert Parker dans son Wine Buyer's Guide.

Pierre Clavel, Domaine Clavel, Coteaux du Languedoc

Clavel-Copa.jpg Pierre Clavel, Domaine Clavel, Grès de Montpellier Coteaux du Languedoc

Tout cet été 2007, m’activant dans les vignes de notre sud méditerranéen, sous un grand soleil et un mistral parfois violent et desséchant, je pensais aux malheureux citadins en vacances qui supportaient, dans la plupart des autres régions, des intempéries continues.

Pas une goutte d’eau sur le Languedoc pendant 3 mois, par chance nous avions quelques réserves aqueuses hivernales et printanières dans le sol, et cette merveilleuse plante millénaire qui s’adapte à tout, a bien résisté à des conditions presque sahariennes et a conduit sa (petite) récolte jusqu’au bout d’une maturité parfaite. Les nuits fraîches de juillet, d’août et septembre, ont été idéales pour les futures qualités aromatiques des vins.

Nos vendanges ont commencé le 27 août, et ce 23 septembre, la météo est toujours belle ; nous attendons encore, sereinement, de rentrer mourvèdre et vieux carignan qui restent sur souches.

Ils sont très beaux et l’orage de début de semaine nous assure qu’il y a un mieux qualitatif à attendre, encore, quand tout est déjà rentré chez nos voisins.

C’est un millésime de rêve en Languedoc, secret bien gardé, personne n’en parle, nos communicants sont occupés à autre chose, peut être à suivre la coupe du monde de rugby !!!

Ce que nous vivons d’euphorique est certes partagé par notre réseau relationnel, en France et à l’étranger, mais nous aurions souhaité que nos cotisations professionnelles servent à faire savoir notre bonheur !!!

A la cave, nous avons pris des options inhabituelles pour les rouges, ramassage et mise au froid très vite, toute la durée de fermentation 25°C maximum pour préserver le fruit, et dès les sucres épuisés, chauffage à 30°C pour tirer le gras, la texture, le velours. Pas moins de 30 à 40 jours de macération prévu !

Nous sommes HEUREUX, mais le fond d’inquiétude sur l’avenir de notre viticulture familiale demeure : Que deviendra-t-on demain avec tous ces changements annoncés, français, européens, mondiaux ?

En France, on nous parle de simplification administrative et en même temps on nous dit que nos syndicats AOC deviennent des ODG (organisme de défense et de gestion), avec cotisation obligatoire, « qu’es aco ?? » Nous devrons aussi cotiser à des OI (organisme d’inspection) ou à des OC (organisme certificateur) qui vont contrôler nos vignes, nos caves, nos vins. Mais avec quelle compétence, quelle connaissance des terroirs ???

L’INAO est devenue INOQ (au cul). Son président est un éleveur de poulet fermier label rouge, sans doute très compétent dans son domaine, mais on voudrait le tester dans nos caves ! L’INOQ s’est doté d’un CAC (conseil des agréments et des contrôle) qui doit agréer les plans d’inspection et de contrôles… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Alors que la masse de travail administratif est déjà considérable pourquoi ajouter encore de multiples structures, à entretenir !...

On nous parle aussi de la nouvelle OCM européenne, et du fait que l’on pourrait en 2012 planter librement les vignes partout en Europe. Quel est le technocrate insomniaque diplômé qui a trouvé cette délirante astuce ? Est-ce pour faciliter le passage d’une viticulture européenne principalement familiale, à une agro-industrie viticole, comme en Australie ?

Que dire de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) à Genève, qui souhaite réduire le lien au terroir des AOC européennes pour aller vers le système des marques commerciales du nouveau monde.

J’avoue ma grande perplexité et il faut bien dire, inquiétude, pour déterminer les orientations de ma production. Faut il réduire l’outil de production pour se cantonner à quelques niches bien maîtrisées ? Peut on développer une production de haute qualité destinée au marché international, avec une équipe jeune et très compétente, payée convenablement, alors qu’on est en face de concurrents dont les coûts de production sont bien inférieurs aux nôtres ?

Les choses deviennent tellement complexes, avec des interactions multiples, qu’on ne sait plus si, agissant sur un facteur technique, économique ou financier, on ne va pas provoquer une catastrophe majeure.

Nous avons perdu la boussole professionnelle, qui pourrait encore nous indiquer le Nord ?

Pierre Clavel

« Allez Clavel, un peu de courage, retourne à ta cave, surveiller tous ces jus en fin de fermentation ; ne force pas la nature, laisse faire, les vins n’ont jamais été aussi bons. » Estelle CLAVEL

Domaine CLAVEL, Languedoc

25/05/2009

Côtes du Roussillon Villages, Késako !?

Clos-Fees-2.jpgCôtes du Roussillon Villages, Késako !?

L’appellation Côtes du Roussillon (5000 ha) s’étire des coteaux pentus du nord du Roussillon aux contreforts des Pyrénées sur 118 communes des Pyrénées-Orientales.
L’appellation Côtes du Roussillon Villages (3000 ha) est réservée aux vins rouges produits sur 32 communes au Nord du département, sur des coteaux pentus ou terrasses aux sols schisteux, calcaires ou granitiques. Ce sont souvent des vins charpentés, élevés en bois et apte à une bonne garde. Quatre villages ont le droit d’ajouter leur nom à l’appellation Côtes du Roussillon Villages, ce sont Tautavel, Caramany, Lesquerde et La Tour de France.

Les cépages
Les Côtes du Roussillon produisent des rouges, blancs et rosés à partir de grenache, carignan, cinsault, lladoner pelut, macabeu, malvoisie, syrah, mourvèdre, roussanne, marsanne et vermentino. Les cépages des Côtes du Roussillon Villages sont le carignan, grenache, lladoner pelut, cinsault, syrah, mourvèdre et macabeu.

Les vins de pays

Certains domaines produisent des vins de pays d’Oc ou des Côtes Catalanes de grande qualité. Leurs assemblages ne correspondent pas au décret de l’AOC, car les vignerons utilisent souvent plus de grenache que l’appellation ne les y autorise.

Voir la sélection sur AutrementBon.fr vente de vins ligne, caviste Indépendant

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu