Avertir le modérateur

25/07/2011

Marcel Lapierre Morgon

Lapierre-Morgon.jpgDomaine Marcel et Mathieu Lapierre Morgon Rouge 2010 AOC Morgon

Cépages : 100% Gamay

Dégustation par Mathieu Lapierre :
« Un nez sur la cerise noire, la violette. Une bouche ample, suave et croquante. Une garde de cinq à six ans est possible. »

Marcel Lapierre Raisins Gaulois

Lapierre-Gaules.jpgDomaine Marcel et Mathieu Lapierre Raisins Gaulois Rouge 2010 Vin de France

Cépage : 100% Gamay

Dégustation par Mathieu Lapierre :
« Une cuvée très fruitée, sur les notes de framboise, avec une bouche croquante. Sera à boire rapidement. »

Domaine Marcel Lapierre

Gault & Millau, Coup de Cœur :

« Pas facile de parler de Marcel Lapierre tant cela a été déjà fait, et si bien. Installé en 1973 avec sept hectares, c’est sous l’impulsion et les conseils de Jules Chauvet qu’il va faire le choix de non-interventionisme : ni soufre, ni levures exogènes. Il se lance par la même occasion dans la culture biodynamique. Avec quatre hectares de plus qu’à ses débuts, Marcel Lapierre cherche à donner une plus grande expression du terroir de Morgon, ces fameux granites décomposés avec manganèses et sédiments de schistes, sans renier le cépage gamay. Le vignoble est relativement âgé : quarante-sept ans en moyenne. Toujours aussi « nature » mais de plus en plus maîtrisé, l’élève de Jules Chauvet est en passe de dépasser le maître avec cette cuvée Tradition offrant un vin net et précis. »


Carnet de Vigne, Omnivore 2e cuvée :

« Marcel Lapierre a été le premier à prendre le gamay par les cornes. Et le premier à prendre les coups. Il avoue. Les vins trop lâchés dans le nature ont connu des débuts titubants. Le soufre existait depuis longtemps. L’œnologie allait galopant. Aucune expérience n’avait réellement été matérialisée. « On réussissait ou on jetait. Les paysans n’attendaient pas seulement après le vin pour vivre. Il a essayé, redressé, disséqué et digéré tout ça. Et maintenant, il transmet. Parce qu’il a compris qu’il fallait avancer groupé, il a creusé dans le Beaujolais, le puits où tous viennent se ressourcer. Comme une thalasso mais en moins bon pour la peau. Le sage est là. Il laisse désormais les conneries à son fils Mathieu. »


Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2011 :

« Si la réputation deMarcel Lapierre s’est faite autour des vins nature, c’est-à-dire sans soufre et non filtrés, il faut être conscient des risques que de mauvaises conditions de conservation leur font courir. Aussi Marcel propose-t-il des versions sulfitées et/ou filtrées de ses cuvées, et le précise toujours sur ses contre-étiquettes. »

23/11/2010

Domaine Marcel Lapierre AOC Morgon

Lapierre-Gaules.jpgDomaine Marcel et Mathieu Lapierre AOC Morgon

Exploitation familiale depuis trois générations, le grand-père Michel Lapierre est venu s’installer à Villié-Morgon au début du siècle en qualité de maître de chais au « Domaine des Chênes ».  Culture en Bio depuis 1981, nous entreprenons seulement ( début 2006 ) les démarches auprès des organismes certificateurs.
- De plus, nous expérimentons depuis 2005 la Biodynamie sur quelques parcelles de vielles vignes. A une époque dominée par l’uniformisation des goûts, notre démarche s’inscrit dans un idéal d’authenticité.

02/03/2010

Domaine Marcel Lapierre Morgon

Lapierre-Morgon.jpgDomaine Marcel Lapierre Morgon 2008 Morgon AOC

Robert Parker’s Wine Advocate : 89 +/100
Bettane & Desseauve 2010 :
15,5/20

Le Morgon de Marcel Lapierre est issu d’un terroir granitique acide et pauvre. Les vignes sont travaillées dans le plus grand respect de l’environnement. Les vinifications se réalisent de manière naturelle et sont suivies d’un élevage de quelques mois sur lies en barriques de chêne de plusieurs vins.

Accédez en 2008 à un morgon fruité, avec un nez frais et intense sur les fruits rouges tels que la groseille et la mûre. En bouche, le vin est généreux et juteux avec une structure tannique souple et séduisante ainsi qu’une grande buvabilité. À déguster dès aujourd’hui et jusqu’en 2013.

Commentaires de dégustation par Marcel Lapierre :
« C’est un vin dans un style très frais et croquant avec une minéralité plus marquée, avec des tanins soyeux. Il peut se boire dès maintenant et pendant les trois ou quatre ans. »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2010 :
« Raisin très pur, fruits frais, avec une petite note minérale en bouche. Un jus élégant et parfumé. 2009 à 2014. »

Beaujolais Aujourd’hui 2009 :
« Robe d’un rubis clair et brillant. Le nez exprime des notes très pures, de petits fruits rouges, de groseille. En bouche, un vin très frais, élégant, qui laisse le palais parfaitement disposé pour se resservir un verre. »

Robert Parker’s Wine Advocate :
« When I tasted it, Marcel and son Mathieu Lapierre had only just bottled the unfiltered, low-sulfur lot of 2008 Morgon that will be sold in the U.S. (A later bottling with no sulfur will be sold in the U.S. solely from importer Kermit Lynch’s retail shop in Berkeley.) Plum, iris, juniper berry, and herbs in ethereal, distilled mode rise from the glass, and tart plum and cherry refreshingly saturate the palate although the wine’s lack of fat and its firm underlying structure make for a rather spare impression, possibly exacerbated by the recent bottling. As this takes on air, it picks up a whiff of game and its fruit gains in intensity. The finish of plum, cherry, and resinous herbs is practically rapier in its combination of brightness and focus (at very low sulfur, bear in mind !). This should be worth following for at least 4-5 years – though only in a proper cellar – and will probably fill out a bit as well as reveal its carnal dimensions in the process. The portion of wine left behind in cask for later bottling was considerably more expressive and floral (as well as darker and healthier in color) leading me to believe that the bottled wine will gain short-term, too, as it recovers from what little sulfur was applied to it. »

 

Domaine Marcel Lapierre Raisins Gaullois 2009 Vin de Table

Lapierre-Gaules.jpgDomaine Marcel Lapierre  Vin de Pays des Gaulles 2009 Vin de Table

 

Dans le magnifique millésime 2009, découvrez un gamay qui conjugue avec brio un fruit croquant et gourmand, à une jolie matière, charnue et bien structurée. Il sera parfait dès les premiers jours de printemps et pendant les deux prochaines années.

Commentaires de dégustation par Marcel Lapierre :
« C’est un vin à l’image du millésime 2009, avec une matière plus riche, avec de la profondeur et de la vinosité. Je l’ai réalisé dans l’esprit d’un rosé foncé, à boire dans sa jeunesse. »

Domaine Marcel Lapierre

Domaine Marcel Lapierre, Morgon Cru du BeaujolaisLapierre-Morgon.jpg

 

En 1973, Marcel Lapierre reprend l’exploitation familiale regroupant alors sept hectares. À partir de 1981, sous l’impulsion du célèbre chercheur Jules Chauvet, il décide de cultiver ses vignes en biodynamie et de vinifier ses vins le plus naturellement possible, sans soufre, ni levurage. Ses cuvées de gamay sont pleines de fraîcheur et gorgées d’un fruit naturel exceptionnel.

GaultMillau 2008, Coup de Cœur : « Pas facile de parler de Marcel Lapierre tant cela a été déjà fait, et si bien. Installé en 1973 avec sept hectares, c’est sous l’impulsion et les conseils de Jules Chauvet qu’il va faire le choix de non-interventionisme : ni soufre, ni levures exogènes. Il se lance par la même occasion dans la culture biodynamique. Avec quatre hectares de plus qu’à ses débuts, Marcel Lapierre cherche à donner une plus grande expression du terroir de Morgon, ces fameux granites décomposés avec manganèses et sédiments de schistes, sans renier le cépage gamay. Le vignoble est relativement âgé : 47 ans en moyenne. Toujours aussi « nature » mais de plus en plus maîtrisé, l’élève de Jules Chauvet est en passe de dépasser le maître avec cette cuvée Tradition offrant un vin net et précis. »

Carnet de Vigne, Omnivore 2e cuvée : « Marcel Lapierre a été le premier à prendre le gamay par les cornes. Et le premier à prendre les coups. Il avoue. Les vins trop lâchés dans le nature ont connu des débuts titubants. Le soufre existait depuis longtemps. L’œnologie allait galopant. Aucune expérience n’avait réellement été matérialisée. « On réussissait ou on jetait. Les paysans n’attendaient pas seulement après le vin pour vivre. Il a essayé, redressé, disséqué et digéré tout ça. Et maintenant, il transmet. Parce qu’il a compris qu’il fallait avancer groupé, il a creusé dans le Beaujolais, le puits où tous viennent se ressourcer. Comme une thalasso mais en moins bon pour la peau. Le sage est là. Il laisse désormais les conneries à son fils Mathieu. »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2010 : « Marcel Lapierre est sans doute le vigneron le plus coté de tous les bars à vins, à Paris, mais pas seulement. Non sans raison. Installé depuis 1973, il se fit connaître dès les années 1980 par ses vinifications sans soufre, et l’engouement est né. Mais les désagréments survinrent à partir de 1989-1990, quand de nombreux vins évoluèrent trop vite en bouteilles. Depuis, Marcel a montré qu’il était tout sauf dogmatique et propose une gamme adaptée à ses clients, à leurs goûts, les conditions de stockage mais aussi le moyen de leur expédier la marchandise : filtrés ou non, sulfités ou non. Et la contre-étiquette comme le carton, mentionnent précisément le mode d’élaboration du vin ainsi que les conditions pour une conservation optimale. Les puristes préféreront, comme Marcel, les vins nature, c’est-à-dire sans soufre et non filtrés. Les amateurs plus conventionnels verront dans les cuvées sulfitées une plus grande orthodoxie gustative, et un potentiel de garde supérieur. »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu