Avertir le modérateur

28/07/2010

Clos Marie AOC Pic Saint Loup

Clos-Marie-Olivette.jpgClos Marie AOC Pic Saint Loup (Domaine en culture Bio)

C’est sur 24 ha au total (dont 20 actuellement en production) qu’officie, depuis un peu plus de dix ans, l’un des plus brillants vignerons du Languedoc. C’est précisément en 1992 que Christophe Peyrus s’est installé à Lauret (40 km de Montpellier), l’une des treize communes à bénéficier de l’AOC Pic Saint Loup, du nom de cette petite montagne des contreforts des Cévennes, « culminant » à 658 m. Les vignes y sont plantées à une altitude variant de 150 à 350 m et se répartissent entre 47 caves produisant en moyenne 23 000 hl/an. Cependant, au-delà même de ces quelques données de base, c’est par son dynamisme, les relations amicales et stimulantes entre vignerons que cette petite appellation se distinguent. Sur le Clos Marie, comme sur les autres propriétés du Pic, trois cépages sont roi : le Grenache, ancestral dans le Languedoc, la Syrah, introduite dans les années 1960 et le Mourvèdre, qui n’y apparaît que dans les années 1980. De manière plus limitée, le domaine possède d’autres cépages régionaux classiques : de très vieux Carignan et Cinsault qui entrent dans la cuvée des « Métairies du Clos ».

Pour Christophe Peyrus, aidé de 7 personnes à temps plein, la réflexion sur le vin est avant tout une réflexion sur la vigne. C’est pourquoi il a définitivement choisi le labour, les vendanges manuelles ou encore de passer progressivement de la lutte raisonnée à la biodynamie. C’est en effet cette attention portée sur le matériel végétal, associé à un grand savoir-faire à la cave, qui lui permet d’obtenir quatre cuvées de rouge, une cuvée de blanc et une cuvée de rosé de saignée d’une grande élégance, chacune dans sa catégorie. En rouge, la cuvée l’Olivette (la cuvée « Quatre saisons », pour ceux qui connaissent bien le domaine, ayant disparu et ayant été intégrée à la première). Plantées sur des anciennes oliveraies, les vignes donnent naissance à un vin qui évolue de manière étonnante vers des arômes d’olive noire, de tapenade et de garigue. La grande cuvée Simon (15 000 à 17 000 bouteilles/an) se distingue par un « fumé » et des « notes d’agrumes » qui signent les grands terroirs du Pic Saint Loup. Il existe également une cuvée issue d’un terrain en fermage depuis 1999, les Métairies du Clos, cuvée presque confidentielle, qui ne sort que dans les grands millésimes, et qui a pris le nom d’une île française de l’océan indien : les « Glorieuses ». Enfin, la cuvée de blanc, issue majoritairement de Roussane surgreffée ainsi que de quelques autres cépages locaux, est produite à environ 10 000 bouteilles chaque année, sous le nom de la petite sœur de Simon : « Manon ».

Si le travail à la vigne est primordial, le travail en cave n’en est pas moins soigné, et ce dans le moindre détail, depuis le choix scrupuleux des bouchons jusqu’à celui des barriques, qui proviennent de deux tonneliers (Saury et François) et des trois principales forêts de chêne (Allier, Tronçais et Nièvre). Le soufre est utilisé à minima (5 à 6g/L à l’entrée et 1,5g/L à la mise en bouteille). Le vin est très peu soutiré (en générale une fois après la fermentation malolactique). Les élevages sont longs : deux hivers pour « Simon » (qui est mis en bouteille en juin) et trois pour les Glorieuses. Cet élevage long et le froid permettent de stabiliser le vin et évite les collages ou filtrages. Et le vin atteste de l’intensité des soins qui concourent à son élaboration.

Voir tous les vins du Domaine du Clos Marie

Les Vignerons du Roussillon

Riberach-Hypothese.pngEric Monné, Clot de l'Oum, Roussillon

La Mer

Quand j’étais gamin à Perpignan, tous ceux qui n’étaient pas Catalans étaient appelés « Gavatch » (prononcer Gabatch ). En gros, tous ceux qui avaient eu le « malheur » de ne pas naître dans l’ancienne Catalogne des Rois de Majorque. Un jour j’ai lu dans « le vin bourru » de Jean Claude Carrière que du fin fond de son village des Cévennes, étaient appelés « Gavatch », ceux qui venaient d’au-delà des montagnes, du Massif Central. Des genres de sauvages, semi nomades, vivant à demi nu, bourrus et peut être bourrés, ne se déplaçant que pour venir s’empiffrer des richesses des « non Gavatch ». Depuis ce jour, je me suis dit que nous étions toujours le « Gavatch » de quelqu’un d’autre qui lui-même devait bien être le « Gavatch » de quelqu’un. Et qu’il n’y avait vraiment aucune raison de se sentir supérieur ou meilleur pour être né quelque part

Toujours est-il que c’est à Belesta de la Frontière (L’ancienne frontière du Royaume de Majorque avec le reste) que nous avons décidé de faire notre vin. Non pas pour une quelconque raison identitaire ou géologique (du moins ne le savions nous pas à l’époque) mais pour des raisons d’émotion esthétique. Nous nous disions que faire du vin étant une affaire d’inspiration, les paysages de cette partie des Pyrénées seraient à même de nous fournir la petite étincelle, le petit grain de folie, la volupté qu’il faut pour entreprendre un tel projet.

Quelques années ont passé et je me demande aujourd’hui quel est le rapport entre les paysages exceptionnels du Roussillon, notre goût pour la nourriture issue de produits naturels, la Méditerranée et les terroirs du Fenouillèdes (zone correspondant à l’AOC Côtes du Roussillon Villages). Ça paraît tangentiel mais bon, puisque Jérôme m’a demandé d’écrire un truc dans « carte blanche de LPV », accrochez vous aux sarments, on est parti.

Un plat de betteraves crues, râpées, des carottes, du fenouil, du sel, de l’huile d’olive, des olives noires, de la Feta. Des produits bio. Du poisson cuit au four sous un filet d’huile d’olive, du riz blanc cuit à la Japonaise. Ce repas, ultrasimple, résume à lui seul une bonne partie de notre envie de faire un vin qui lui ressemble. Un vin sans artifice. Issu d’un terroir naturel. Travaillé naturellement et pourquoi pas, dans un site exceptionnellement beau.

Simple et sincère parce que dépouillé du superflu. Cela va du produit final, en passant par l’élevage, absence de bois neuf, d’acidification, de filtration plus que nécessaire, d’ajouts en tout genres, invasifs, n’apportant rien à la lecture d’un terroir grand déjà par lui-même.

Un pot de thym acheté dans une jardinerie aux Pays Bas. Je repense au thym qui borde nos parcelles sur les granits de Belesta. Subtil, fin, minéral. Et l’image du terroir rejaillit. Cette pureté ne peut exister qu’en se concentrant sur l’essentiel, l’indispensable. Dans ce cas, un sol, pauvre, acide, mince, ascétique. Un peu d’eau et de soleil. Ne peut-on pas voir dans la recherche de cette épure qui nous ramène au plus complexe et qualitatif des parfums, la même quête dans le vin ?

En bordure de ce petit morceau de garrigue ou de maquis il y a le paysage. Quoi de plus inutile et en même temps indispensable au terroir que ces paysages rudes et rugueux du Roussillon. Dans le train qui me ramène de Toulouse où étudiant, je terminais mon stage de fin d’études, nous traversons les étangs au sud de Narbonne. Comme dans un film de Miyazaki, le train court sur une mince bande de sable rectiligne, entourée d’eau salée. C’est à c’est endroit que Trenet à parait-il imaginé sa chanson « la mer ». La nuit va bientôt tomber et l’on aperçoit dans l’étang le reflet du Canigou enneigé. Le ciel, tailladé de traînées rouges et de minces filets de nuages zigzagant, me rappelle que la Tramontane a soufflé fort ces derniers jours. Sous mes pas je ressens le craquement familier des débris de coquillages que nous ramassions, enfants, sur les rivages de l’île de la tortue.

A condition de se tenir aussi éloigné que possible des chauvinismes les plus abrutis, ces paysages sont aussi source d’inspirations. En tous cas pour ceux qui le désirent. Car ils n’appartiennent à personne. Un vent chaud, sec comme la pierre, au détour d’un chemin. Une branche de thym ancienne. Une feuille de figuier naissante et craquante. Un piquet d’acacias. Un bosquet de ronces. De roseaux ou de joncs signalant la présence d’eau. Une mure, une arbouse, une figue fleur, un cerisier, le reflet argenté d’un olivier. Un paysage minéral et parfumé. Où la vue porte loin. Un sentiment de commencement du monde, d’univers en mouvement, ralenti par l’immensité. Peut être ce que l’on ressent dans le désert. Comment ne pas avoir envie d’y faire du vin. De le choyer sans l’abuser. Puisque l’énergie est là. Cette énergie que l’on retrouve aussi dans le vin de ces terroirs de granit, de Gneiss, de Schistes, de ces Grenaches, ces Carignans centenaires.

Bien sur, il n’y a pas encore (ou presque) de tradition de grands vins et l’ambition d’en faire est récente. Le travail en bio y est peut être un peu plus « facile » qu’ailleurs _encore le sec_ mais les rendements sont alors si faibles _toujours le sec_ qu’il est difficile d’y produire à bon marché. L’absence de notoriété est un handicap sérieux pour la commercialisation et j’envie parfois les collègues vignerons d’appellation plus connues qui semblent moins courir après la reconnaissance.

Pourtant ce terroir est exceptionnel. Complexe, fin, puissant, frais, minéral, subtil et varié. Est-ce réellement une surprise ? La Méditerranée est l’un des biotopes les plus riches en biodiversité. Biodiversité complexité, complexité biodiversité. Cette mer est la médiane, la mer du milieu des terres. Du milieu et peut être de l’équilibre. Equilibre de tensions, de goûts, de saveurs parfois antagonistes, qui unissent le vin et que le vigneron doit rendre visible. C’est pour cela qu’un terroir libéré du superflu est important pour remettre en perspective les tensions et seulement elles. Ensuite l’équilibre est une question de doigté, de concentration, de rigueur et parfois de chance aussi.

Alors, qui sommes nous ? Des « Gavatch » ? Sans doute le sommes nous devenus ou bien l’étions nous déjà avant. Des mélanges, des passionnés, des garagistes sensibles et beaucoup des vignerons, vigneronnes, de la nouvelle vague du Roussillon le sont aussi. Aiguillonnés par l’ambition de faire bien, de faire beau, de sortir de la médiocrité. De s’approprier pour un instant ces paysages sans les trahir, sans les ternir. De retrouver le goût du bon, du simple, du vrai.

Eric Monné (texte original la passion du vin)

26/07/2010

Un corbeau à la Romanée Conti

Romanée-Conti.jpegUn corbeau à la Romanée-Conti

Aubert de Villaine, dirige le vignoble Romanée-Conti, en Côte d'Or, une exploitation  qui produit l'un des vins rouges les plus prisés - et donc - les plus chers du monde. La prospérité du domaine a aiguisé la convoitise d'un corbeau qui a imaginé un stratagème vicieux pour faire chanter le gérant, nous raconte Le Parisien. Tout commence par un courrier envoyé à Aubert de Villaine le sommant de débourser une rançon d'un million d'euros : " Si on ne verse pas la somme, il était écrit que les pieds de vigne de Romanée-Conti seraient purement et simplement empoisonnés", raconte le dirigeant dans le quotidien. "Ce premier courrier, continue-t-il,  je ne savais pas trop quoi en penser. Mais lorsqu'un deuxième est arrivé peu après, j'ai pris l'affaire très au sérieux ".

Pour faire grande impression, le preneur de vignes en otage accompagne sa correspondance de plans détaillés du domaine, une exploitation d'un peu moins de deux hectares. L'escroc prétend même avoir déjà infecté deux pieds de vigne gratuitement. Que les heureux, et fortunés, amateurs du célèbre cru ne paniquent pas, le corbeau bluffait. Les investigations ont rassuré le patron de l'excellente santé des raisins en or qu'il produit (7 256 euros la bouteille du cru 1990).

La contre attaque d'Aubert Villaine ne tarde pas à venir, il tend un piège pour appâter ce corbeau un peu rapace. Aubert de Villaine répond dans une missive, qu'il a besoin de temps et du vote de l'assemblée générale du vignoble pour réunir la colossale somme exigée (environ 150 bouteille de grand cru).  Le corbeau répond une ultime fois pour demander que le million d'euros soit déposé dans un cimetière, la nuit. Les policiers n'ont eu qu'à le saisir à l'endroit que l'amateur à lui-même indiqué. Originaire de la Marne, Le corbeau dort actuellement en prison.

On peut féliciter la police qui n'a pas mené ses recherches en... vin !

25/07/2010

Les vins du Minervois

Loup-Blanc-Soif-de-Loup.jpgLes vins du Minervois
Sous cette apellation vous trouverez des vins rouges, rosés, blancs et du Muscat, classés en AOC depuis 1985.

La zone géographique qui regroupe les vignobles du Minervois est assez vaste et correspond à l'extrême ouest de l'Hérault et à un bonne partie de l'Aude. En effet, le Minervois commence au nord aux pieds de la Montagne Noire pour arriver au sud au canal du Midi, la région passe au-dessus de la ville de Narbonne pour arriver aux portes de Carcassonne.

Certains Minervois rouges peuvent être corsés s'ils viennent des hauteurs tandis que les blancs sont souvent frais et fleuris, quant au Muscat Saint Jean de Minervois, il est doux et fruité.

Le jeune Domaine du Loup Blanc est vraiment un domaine impressionnant, car avec relativement peu de moyens ils réussissent toujours, peu importe le millésime, à produire des vins impeccables.

Carine Farre, Alain Rochard et Nicolas Gaignon ont posé leurs valises en Minervois au cours de l'année 2002 après de nombreux contacts et moultes démarches. Ils y pratiquent un travail soigné et attentif (taille courte, ébougeonnage, taille en vert) afin que la vigne produise peu mais bien. Les vendanges sont manuelles, les raisins sont acheminés à la cave en caissettes et y sont totalement égrappés. Les fermentations ont lieu en cuves tronconiques de bois mais aussi dans des petites cuves de béton et les moûts sont pigés et remontés dans le but d'extraire les tannins le plus finement possible. L'élevage varie selon les différentes cuvées; elles ont lieu soit en cuves, soit en barriques ou encore en demi muids.

La Mère Grand Un vin au relief exquis, doté d'un charme fou et d'un fruité enjôleur. À l'évidence, La Mère grand  est en pleine forme et n'accuse aucune faiblesse.

Le Petit Chaperon Rosé Ce "Petit Chaperon rosé" fera fureur comme apéritif ou pour accompagner vos fêtes sur la terrasse ou près de la piscine.

Le Régal du Loup C'est un vin absolument agréable, parfaitement équilibré, au nez dévoilant des arômes typiques de garrigue, de mûres, de framboise, d’épices, et de bleuet, rehaussés par des touches de réglisse. Un vin gourmand, à la bouche fruitée.

Soif de Loup Vin rouge de soif et d'apéritif en robe légère et chair tendre. Il est excellent et fort recommandable.

Domaine en culture Biologique certifiée

24/07/2010

Vins AOC Minervois, St Jean de Minervois

Clos-Gravillas-RdV-Soleil.pngVins AOC Minervois, St Jean de Minervois

Le Minervois se présente comme un vaste amphithéâtre orienté plein sud, sur environ 50 km d’Est en Ouest et 30 km du Nord au Sud. Situé en piémont de la Montagne Noire, l’altitude peut varier de 50 m au bord du Canal du Midi et de l’Aude jusqu’à plus de 500 m sur les premiers contreforts montagneux. Cette situation géographique, ajoutée à la proximité ou l’éloignement de la Méditerranée, amène des variabilités climatiques assez importantes dans le Minervois. Ainsi, il n’est pas rare de constater des écarts de température de 3 à 4 degrés et des cumuls de pluviométrie pouvant varier de 500 à 800 mm annuels. Ce sont ces fortes variations, couplées aux natures très diverses des sols du Minervois, qui caractérisent ses terroirs et ses paysages.

Le Clos du Gravillas, c’est une étendue éblouissante de cailloux calcaires blancs sur un plateau à 300 mètres d’altitude dans le Parc Naturel de Haut Languedoc aux portes de Saint Jean de MInervois. Entre les gorges de St Chinian et de Minerve, entouré de garrigues et de chênes verts, le domaine de 6 hectares est conduit dans le respect du terroir, en agriculture biologique (Ecocert) avec le souci de la préservation de la biodiversité de la faune et la flore environnante.

Lo Vièlh montre un équilibre étonnant, dense et frais avec comme toujours dans cette cuvée, une sérénité dans son expression en bouche.

L'Inattendu est un blanc riche et très minéral avec beaucoup d’élégance. La bouche est grasse mais bien équilibrée par une très bonne fraîcheur.

Rendez Vous du Soleil est très fruité, avec un nez de cassis très affirmé. Il possède beaucoup de minéralité et de fraîcheur en bouche.

Vins AOC Minervois, Minervois la livinière

Senat-Nine.jpgVins AOC Minervois, Minervois la livinière

L’appellation Minervois est produite dans 45 communes de l'Aude et 16 de l'Hérault. Géographiquement située entre Narbonne et Carcassonne dans les départements de l'Aude et de l'Hérault limité par la riviere de l'aude et de l'autre coté la montagne noire, le vignoble est traversé par le canal du midi, le nom Minervois vient du village de Minerve au coeur du vignoble dans l'Hérault.
Les Vins Minervois ont des notes de fruits noir (pruneaux) et de violette parfois de cannelle, il sont à maturité vers 2 ans et se consomme j'usqu'à 8 ans, 10 ans pour les plus grandes cuvées.

Accords mets/vins : Poulet aux olives, jambon de Bayonne, terrines, patés, navarin d'agneau, risotto, confit de canard, cassoulet viandes rouges, canards, abats, fromages moyenement affinés.

Vigneron et vinificateur doué, Jean Baptiste Sénat s'est installé en 1996 avec son épouse Charlotte. Les Sénat font partie de cette nouvelle génération  qui donne au vin du Minervois ses lettres de noblesse avec des vins de gourmandise pour Les Arpettes ou La Nine et des cuvées d'artisanat d'art avec Mais Où Est Donc Ornicar et Le Bois des Merveilles. Les grenaches sont conduits sur de petits rendements et s'expriment tout en finesse dans le vin, ainsi que d'énergiques mourvèdres, constituent les fondamentaux du Domaine.

22/07/2010

Domaine Les Eminades Sortilège AOC Saint Chinian

Eminades-Cebena.pngDomaine Les Eminades Sortilège rouge 2005 AOC Saint Chinian

Cépages : vieilles vignes de Carignan (plantées en 1902), de Grenache de 60 ans et de Syrah, les rendements sont de 22 hl/ha. L'élevage est de 18 mois en fûts de chêne, c'est un vin d'une grande densité avec un grain fait pour la garde. Deux étoiles dans le Guide Hachette des Vins de 2006 confirme les qualités de ce vin.

Accords mets/vins: Agneau rôti aux Herbes de la garrigue, Pintade en cocotte, Biche rôtie, Civet de Lièvre, Côte de Boeuf aux Herbes, Pont l'Eveque, Maroilles, Soumaintrain, Mont d'Or.

Détails du produit...

Domaine Les Eminades La Pierre Plantée rouge AOC Saint Chinian

Eminades-Cebena.pngDomaine Les Eminades La Pierre Plantée rouge 2008 AOC Saint Chinian

Cépages : Grenache, Cinsault et Syrah sur des terroirs de silex, calcaire et petits galets. Ce vin allie gourmandise et finesse aromatique complétée par une trame tannique très élégante.

Accords mets/vins: Brochettes d'agneau, Chili Con Carné, Jambon de Bayonne, Magret de Canard, Travers de Porc à l'aigredoux,Porc laqué, Pont l'Eveque, Soumaintrain

Détails du produit...

Domaine Les Eminades Cébéna rouge 2006 AOC Saint Chinian

Eminades-Cebena.pngDomaine Les Eminades Cébéna rouge 2006 AOC Saint Chinian

Cépages : 40% Carignan de 80 ans, 40% Grenache et 20% Syrah. Les rendements sont de 26 hl/ht, l'élevage est de 18 mois sur lies et en cuves, ce qui lui confère une robe soutenue, un nez intense et complexe ; la bouche est savoureuse, soulignée par des tanins ronds et fondus.
La garde de ce vin est estimée de 5 à 8 ans.

Accords mets/vins: Agneau rôti aux Herbes de la garrigue, Pintade en cocotte, Magret de Canard aux poivrons, Travers de Porc à l'aigredoux, Porc laqué, Pont l'Eveque, Maroilles

Détails du produit...

19/07/2010

Domaine Mas Conscience Cuvée Le CAS Rouge 2008 AOC Terrasses du Larzac, Coteaux du Languedoc

Mas-Conscience-Cas.jpgDomaine Mas Conscience Cuvée Le CAS Rouge 2008 AOC Terrasses du Larzac, Coteaux du Languedoc

Cépages: 100% Carignan

Dégustation par Laurent Vidal :
« Nez superbe de fraîcheur dans des tonalités délicates qui donnent un "effet terroir" remarquable. Bouche très minérale fruitée sur une densité tannique mais d’une remarquable ampleur. Prometteur pour les années à venir. »

Détails du produit...

18/07/2010

Domaine Mas Conscience Cuvée L'AS Rouge 2007 AOC Terrasses du Larzac, Coteaux du Languedoc

Mas-Conscience-As.jpgDomaine Mas Conscience Cuvée L'AS Rouge 2007 AOC Terrasses du Larzac, Coteaux du Languedoc

Cépages: Syrah, Grenache, Carignan

Dégustation par Laurent Vidal :
« Nez complexe, des arômes de fleurs sauvages, de cacao, de vanille et de baies brunes. Bouche, souple et généreuse, avec de la fraîcheur et des notes de fruits rouges mûrs, de garrigue, de thym. Élégant terroir et ce n’est qu’en devenir ! »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2010 :
« Encore une remarquable qualité de tanins dans ce terrasses du larzac. La finesse du terroir s’exprime. »

Robert Parker’s Wine Advocate :
« A blend of Syrah, Grenache, and Carignan tasted prior to Spring bottling, the 2007 Coteaux du Languedoc l’As is intended as the estate’s « ace » cuvee (though its name alludes to the donkey on their label). Tart-edged but ripe black raspberry and blueberry are wreathed in wood smoke and the resinous perfume of local scrub, accents that were accentuated at the time I tasted it by the wine’s reduced state. Rich yet bright, and with abundant but fine-grained tannin, this harbors licorice, roasted meat, and nut oil depths that emerge with time in the air, and the flavors here cling with tenacity. I suspect that – as intended – this will be a wine that merits following in bottle for at least 6-8 years. »

Détails du produit...

Clos Marie cuvée Simon Rouge 2008 AOC Pic Saint Loup

Clos-Marie-Simon.jpgClos Marie cuvée Simon Rouge 2008 AOC Pic Saint Loup

Cépages : grenache 50 %, syrah 50 %

Dégustation par Christophe Peyrus :
« Simon 2008 possède un nez de mûre, de fruits noirs et de groseille. En bouche, on apprécie la belle acidité, avec des tanins francs et une finale suave. »

Détails du produit..

Clos Marie cuvée Métairie du Clos Rouge 2008 AOC Pic Saint Loup

Clos-Marie-Simon.jpgClos Marie cuvée Métairie du Clos Rouge 2008 AOC Pic Saint Loup

Cépages: Grenache, Syrah, Carignan (Vieilles Vignes)

Dégustation par Christophe Peyrus :
« C’est un vin sanguin, sauvage, avec une pointe de genièvre et des notes de garrigue. Le vin est rond en bouche et possède une belle gourmandise sur les tanins. Il se gardera parfaitement une dizaine d’années. »

Détails du produit...

Domaine Les Aurelles cuvée Déella rouge non millésimé AOC Coteaux du Languedoc

Les-Aurelles-Solen-Rouge.jpgDomaine Les Aurelles cuvée Déella rouge non millésimé AOC Coteaux du Languedoc

Cépages : grenache, mourvèdre, carignan, syrah

Dégustation par le Domaine Les Aurelles :
« Nez intense dominé par des notes de fruits mûrs délicatement épicés. Bouche ronde, expressive et gourmande avec de la finesse et beaucoup de fraîcheur. »

Les meilleurs vins de France 2010 :
« Assemblage non millésimé de carignan, grenache et syrah, Déella est un vin svelte et sobre, prêt à boire sur sa fraîcheur et ses notes d’agrumes et d’orange sanguine. »

Robert Parker’s Wine Advocate :
« The non-vintage Coteaux du Languedoc De Ella represents a blend of Carignan, Grenache, and Syrah. Aromas of strawberry preserves and black tea usher in a juicy, refreshing and palate-saturating bath of fruit, with an interesting toasted wheat note, and just a bit of awkward astringency peaking out in the finish. »

Détails du produit...

Domaine Les Aurelles cuvée Solen rouge 2005 AOC Coteaux du Languedoc

Les-Aurelles-Solen-Rouge.jpgDomaine Les Aurelles cuvée Solen rouge 2005 AOC Coteaux du Languedoc

Dégustation par Basile Saint-Germain :
« Solen 2005 vin gourmand. On y retrouve des saveurs de raisins et de fruits noirs avec de très jolies tonalités de noyaux torréfiés et de cuir. Ce qui m’attire dans cette cuvée, c’est le naturel, la justesse et la convivialité. On ouvre Solen pour le plaisir de boire avec gourmandise, pour le plaisir de croquer dans une belle grappe de raisins très juteuse, pour sa belle tenue, pour ses saveurs très automne de sous-bois et de champignons et pour cette facilité avec laquelle on finira la bouteille sans à aucun moment en vouloir au sommelier ou au vigneron. »

Les meilleurs vins de France 2010 :
« Commercialisé fin 2009 et plus longuement élevé, le 2005 se montre étoffé, moins solaire et charmeur que le 2006, mais doté d’un vrai potentiel de garde. »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2010 :
« Tout en délicatesse, cette cuvée pleine et charnue, offre des senteurs délicates avec une texture assez raffinée. Les tanins encore perceptibles du millésime amèneront à la boire sans tarder. »

Robert Parker’s Wine Advocate :
« The 2005 Coteaux du Languedoc Solen – a 60-40 blend of Carignan and Grenache – is showing both an acrid trace of reduction on the nose and a relatively rustic tannic streak. That’s not to say there isn’t a lot to like here, from the ripe, lightly stewed black fruits and smoky hint of machine oil in the nose ; through ripe, vanilla- and dark chocolate-tinged berries on the palate ; to an impressively persistent if slightly rough finish. Will this improve with cellaring ? I would be inclined to drink it over the coming year, simply choosing cuisine where its tannins will not prove a handicap. »

Détails du produit...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu