Avertir le modérateur

02/03/2010

Domaine Marcel Lapierre

Domaine Marcel Lapierre, Morgon Cru du BeaujolaisLapierre-Morgon.jpg

 

En 1973, Marcel Lapierre reprend l’exploitation familiale regroupant alors sept hectares. À partir de 1981, sous l’impulsion du célèbre chercheur Jules Chauvet, il décide de cultiver ses vignes en biodynamie et de vinifier ses vins le plus naturellement possible, sans soufre, ni levurage. Ses cuvées de gamay sont pleines de fraîcheur et gorgées d’un fruit naturel exceptionnel.

GaultMillau 2008, Coup de Cœur : « Pas facile de parler de Marcel Lapierre tant cela a été déjà fait, et si bien. Installé en 1973 avec sept hectares, c’est sous l’impulsion et les conseils de Jules Chauvet qu’il va faire le choix de non-interventionisme : ni soufre, ni levures exogènes. Il se lance par la même occasion dans la culture biodynamique. Avec quatre hectares de plus qu’à ses débuts, Marcel Lapierre cherche à donner une plus grande expression du terroir de Morgon, ces fameux granites décomposés avec manganèses et sédiments de schistes, sans renier le cépage gamay. Le vignoble est relativement âgé : 47 ans en moyenne. Toujours aussi « nature » mais de plus en plus maîtrisé, l’élève de Jules Chauvet est en passe de dépasser le maître avec cette cuvée Tradition offrant un vin net et précis. »

Carnet de Vigne, Omnivore 2e cuvée : « Marcel Lapierre a été le premier à prendre le gamay par les cornes. Et le premier à prendre les coups. Il avoue. Les vins trop lâchés dans le nature ont connu des débuts titubants. Le soufre existait depuis longtemps. L’œnologie allait galopant. Aucune expérience n’avait réellement été matérialisée. « On réussissait ou on jetait. Les paysans n’attendaient pas seulement après le vin pour vivre. Il a essayé, redressé, disséqué et digéré tout ça. Et maintenant, il transmet. Parce qu’il a compris qu’il fallait avancer groupé, il a creusé dans le Beaujolais, le puits où tous viennent se ressourcer. Comme une thalasso mais en moins bon pour la peau. Le sage est là. Il laisse désormais les conneries à son fils Mathieu. »

Bettane & Desseauve, Grand guide des vins de France 2010 : « Marcel Lapierre est sans doute le vigneron le plus coté de tous les bars à vins, à Paris, mais pas seulement. Non sans raison. Installé depuis 1973, il se fit connaître dès les années 1980 par ses vinifications sans soufre, et l’engouement est né. Mais les désagréments survinrent à partir de 1989-1990, quand de nombreux vins évoluèrent trop vite en bouteilles. Depuis, Marcel a montré qu’il était tout sauf dogmatique et propose une gamme adaptée à ses clients, à leurs goûts, les conditions de stockage mais aussi le moyen de leur expédier la marchandise : filtrés ou non, sulfités ou non. Et la contre-étiquette comme le carton, mentionnent précisément le mode d’élaboration du vin ainsi que les conditions pour une conservation optimale. Les puristes préféreront, comme Marcel, les vins nature, c’est-à-dire sans soufre et non filtrés. Les amateurs plus conventionnels verront dans les cuvées sulfitées une plus grande orthodoxie gustative, et un potentiel de garde supérieur. »

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu