Avertir le modérateur

26/05/2009

Pierre Clavel, Domaine Clavel, Coteaux du Languedoc

Clavel-Copa.jpg Pierre Clavel, Domaine Clavel, Grès de Montpellier Coteaux du Languedoc

Tout cet été 2007, m’activant dans les vignes de notre sud méditerranéen, sous un grand soleil et un mistral parfois violent et desséchant, je pensais aux malheureux citadins en vacances qui supportaient, dans la plupart des autres régions, des intempéries continues.

Pas une goutte d’eau sur le Languedoc pendant 3 mois, par chance nous avions quelques réserves aqueuses hivernales et printanières dans le sol, et cette merveilleuse plante millénaire qui s’adapte à tout, a bien résisté à des conditions presque sahariennes et a conduit sa (petite) récolte jusqu’au bout d’une maturité parfaite. Les nuits fraîches de juillet, d’août et septembre, ont été idéales pour les futures qualités aromatiques des vins.

Nos vendanges ont commencé le 27 août, et ce 23 septembre, la météo est toujours belle ; nous attendons encore, sereinement, de rentrer mourvèdre et vieux carignan qui restent sur souches.

Ils sont très beaux et l’orage de début de semaine nous assure qu’il y a un mieux qualitatif à attendre, encore, quand tout est déjà rentré chez nos voisins.

C’est un millésime de rêve en Languedoc, secret bien gardé, personne n’en parle, nos communicants sont occupés à autre chose, peut être à suivre la coupe du monde de rugby !!!

Ce que nous vivons d’euphorique est certes partagé par notre réseau relationnel, en France et à l’étranger, mais nous aurions souhaité que nos cotisations professionnelles servent à faire savoir notre bonheur !!!

A la cave, nous avons pris des options inhabituelles pour les rouges, ramassage et mise au froid très vite, toute la durée de fermentation 25°C maximum pour préserver le fruit, et dès les sucres épuisés, chauffage à 30°C pour tirer le gras, la texture, le velours. Pas moins de 30 à 40 jours de macération prévu !

Nous sommes HEUREUX, mais le fond d’inquiétude sur l’avenir de notre viticulture familiale demeure : Que deviendra-t-on demain avec tous ces changements annoncés, français, européens, mondiaux ?

En France, on nous parle de simplification administrative et en même temps on nous dit que nos syndicats AOC deviennent des ODG (organisme de défense et de gestion), avec cotisation obligatoire, « qu’es aco ?? » Nous devrons aussi cotiser à des OI (organisme d’inspection) ou à des OC (organisme certificateur) qui vont contrôler nos vignes, nos caves, nos vins. Mais avec quelle compétence, quelle connaissance des terroirs ???

L’INAO est devenue INOQ (au cul). Son président est un éleveur de poulet fermier label rouge, sans doute très compétent dans son domaine, mais on voudrait le tester dans nos caves ! L’INOQ s’est doté d’un CAC (conseil des agréments et des contrôle) qui doit agréer les plans d’inspection et de contrôles… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Alors que la masse de travail administratif est déjà considérable pourquoi ajouter encore de multiples structures, à entretenir !...

On nous parle aussi de la nouvelle OCM européenne, et du fait que l’on pourrait en 2012 planter librement les vignes partout en Europe. Quel est le technocrate insomniaque diplômé qui a trouvé cette délirante astuce ? Est-ce pour faciliter le passage d’une viticulture européenne principalement familiale, à une agro-industrie viticole, comme en Australie ?

Que dire de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) à Genève, qui souhaite réduire le lien au terroir des AOC européennes pour aller vers le système des marques commerciales du nouveau monde.

J’avoue ma grande perplexité et il faut bien dire, inquiétude, pour déterminer les orientations de ma production. Faut il réduire l’outil de production pour se cantonner à quelques niches bien maîtrisées ? Peut on développer une production de haute qualité destinée au marché international, avec une équipe jeune et très compétente, payée convenablement, alors qu’on est en face de concurrents dont les coûts de production sont bien inférieurs aux nôtres ?

Les choses deviennent tellement complexes, avec des interactions multiples, qu’on ne sait plus si, agissant sur un facteur technique, économique ou financier, on ne va pas provoquer une catastrophe majeure.

Nous avons perdu la boussole professionnelle, qui pourrait encore nous indiquer le Nord ?

Pierre Clavel

« Allez Clavel, un peu de courage, retourne à ta cave, surveiller tous ces jus en fin de fermentation ; ne force pas la nature, laisse faire, les vins n’ont jamais été aussi bons. » Estelle CLAVEL

Domaine CLAVEL, Languedoc

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu